je-ne-suis-pas-une-victime-je-suis-une-heroine

Je ne suis pas une victime. Je suis une héroïne.

  • Nov 5, 2019
  • Actives Team
  • Témoignage

Bonjour à tous et à toutes.

Ce matin je vais vous parler de la mauvaise passe que j’ai traversé en 2019.
Et dire que c’était sensé être la fameuse « année de mon année ».
Winh marchait bien, on avait fait une grosse vente.
C’Rib & Chill gammait,
Himalaya Côte d’Ivoire était en cours d’investissement,
African Mutti était en passe d’être lancé en mars.

Tout allait bien, j’avais déménagé, ma banque m’avait accompagnée avec plaisir, j’avais une bonne relation et de beaux enfants.

Sauf que dans mes calculs, rien n’allait mal, tout montait et rien ne descendait.
Mais mes calculs ne sont ni la réalité ni ce que Dieu veut.

Souvent tu te dis « je peux » comme si tu étais seul à décider. Je me suis retrouvée avec des charges impossibles, 3 nounous qui finalement ne faisaient rien, un conjoint qui se complaisait dans le fait de ne pas travailler, 7 employés de masse salariale impossible parce que les affaires n’allant pas toujours bien, tu te retrouves vite noyé de charges et ça peut te mener au suicide.

J’ai supporté ce rythme pendant 7 mois.
Et puis un soir, je me suis couchée et j’ai prié. J’ai dit à Dieu de me donner la force que je n’avais pas de me débarrasser de ce qui me surchargeait. Je sais que je suis douée. Je sais que je déchire tout, je sais que tout ce que je touche se transforme en or; mais Seigneur le poids va me tuer. Je n’en peux plus. Je gère tout toute seule, je n’en peux plus.

La solution est venue de ma maman, qui était juste de passage pour faire des papiers administratifs. Elle arrive toujours à voir ce que personne ne voit; ma détresse émotionnelle derrière mon masque de fer. Elle m’a PARLÉ MÊME.

J’ai pris tout mon courage.

1- j’ai fait assoir le monsieur et j’ai mis fin à la relation. Je ne suis pas rentrée dans les bavardages, il était libre d’aller gâter mon nom où il voulait. Poids n•1 dégagé.

2- j’ai remercié les employés qui ne faisaient rien et qui se croyaient au dessus de moi même dans ma propre maison. Une par une, j’ai fait l’effort et je les ai soldées.

3- j’ai fait assoir ceux qui sont restés et je leur ai fait comprendre qu’on allait passer un moment difficile, notamment pendant le dernier semestre, où j’allais devoir retourner travailler et eux se donner au maximum pour pouvoir couvrir les charges de leurs différentes entreprises que je leur déléguais. On est allés jusqu’à la baisse de salaire temporaire.

4- j’ai prié encore et j’ai envoyé mes CVs où je savais qu’on recherchait quelqu’un. Figurez-vous que je n’ai pas été retenue à ces postes là.

Je vous raconterai dans un prochain post comment j’ai rencontré Jeanne Sissoko Zézé, et comment contre toute attente elle m’a retenue pour un poste où je n’étais même pas en lice.

5- Alors oui j’ai recommencé à travailler, pour couvrir les charges, crédits, et imprévus et pour participer à faire vivre la famille.

Il faut être réaliste. On ne devient pas milliardaire du jour au lendemain, on ne réussit pas toujours tout. Parfois il faut reculer. Parfois il faut recommencer. Encore et encore. Ne pas se décourager.

Mais surtout il faut être honnête.
Boucher des trous est un exercice compliqué, ça prend du temps, de l’énergie et vous aurez besoin d’un conjoint qui vous soutient. D’un meilleur ami, d’un homme non seulement présent mais qui montre qu’il se préoccupe de savoir comment vous gérez telle ou telle chose.

Je vous raconterai aussi mon histoire avec celui qui est devenu mon mari.

Pas une seule fois, les personnes autour de moi n’ont soupçonné la détresse réelle. Je n’ai pas cessé d’être présente pour une telle ou une tel. Pas un jour ma Foi n’a faibli, pas une fois je me suis donné le droit d’expliquer que ça n’allait pas pour faire pitié. Pitié porte malheur.

Je ne suis pas une victime.
Je suis une héroïne.
Il n’y a pas de victoires sans combats.
Parfois il faut accepter de perdre pour gagner.
La Mission Divine est aussi celle là.
Folie pour les hommes.
♥️

Source : Lala Méïta Koné

Commentaires